JE SUIS LE ROI

Publié le par French Nail

Je suis le Roi, j’ai une Reine et vous comptez pour du beurre.


 


Nous avons eu droit à un autre discours « Historique » style Obama, à savoir une succession de platitudes ennuyeuses, de poncifs poussifs, d’effets de manche à enfoncer les portes ouvertes. Mais cette fois, les choses ont vraiment été “SuperHistoriques”.  Pour son premier discours sur la situation de l’État, Obama a mis le paquet.

 

Après les applaudissements de rigueur accompagnant son apparition, il a commencé comme le veut la tradition par : « Madame la Présidente de la Chambre des Députés, M. Le Vice-président, Messieurs et Mesdames les Membres du Parlement, et Madame la première dame des Etats-Unis….. » et puis, on est passé aux choses sérieuses.



La Reine Michelle, la Princesse Jill Biden applaudissent le Roi tandis qu'il parle... 


 

Et aussi sec, l’auteur à peine pubère de ce torchon et l’arrogant roi des téléprompteurs qui le lisait, ont gagné les feux de la rampe de l’Histoire.


Au cours de discours sur l'état de l'Union devant le Congrès mardi, on a eu à plusieurs reprises l'impression que Obama était sur le point d'avaler son Téléprompteur !

Parce que dans l’Univers selon Obama, il est maintenant clair que le Peuple ne compte pas. Obama n’a rien à nous dire et surtout n’a pas de comptes à nous rendre.  Et ce, même pendant les discours sur la situation de l’État, institués spécifiquement pour que le gouvernement tiennent le Peuple au courant des affaires de l’État et lui rende compte des progrès ou reculs enregistrés. Le Messie n’en est pas à une contradiction près.

 

On s’y est trompé mais ce discours, contrairement à tous les discours précédents sur la situation de l’État donnés par tous les autres présidents, ne nous était pas adressé.  Le gouvernement Obama est clair sur la question, à partir de maintenant, les discours sur la situation de l’État ne concerneront que les courtiers de Washington et le commun des mortels devra se contenter d’admirer le roi à la télé, transfiguré par ce privilège. Il n’a qu’à se consoler d’être en bonne compagnie avec les membres du cabinet et ceux de la Cour Suprême. On dit Merci !

 

 

Appelez-moi réac si vous le voulez, mais moi, je trouvais l’introduction traditionnelle plus à mon goût :

Madame la Présidente de la Chambre des Députés, M. Le Vice-président, Messieurs et Mesdames les Membres du Parlement, Messieurs et Mesdames les Membres de mon Cabinet, Messieurs et Madame les Juges de la Cour Suprême, Madame la première dame des Etats-Unis (si vraiment ne pas être mentionnée allait faire virer sa cuti à Meeeechelle), Mes chers compatriotes.

Au moins à l’entendre, je pouvais encore me bercer d’illusions sur la démocratie américaine.

 

 




ARTICLE REDIGE PAR : FRENCH NAIL

Commenter cet article

oligo 27/02/2009 09:41

Excellent, la photo de Obama avalant son teleprompteur ! Et le cartoon du jour ! ah ! ah ! ah !