Des larmes de crocodile

Publié le par frenchpuma

French article. English version soon available

 On attend pour dans quelques heures maintenant la prise de parole de Barack Obama sur les milliards de bonus.




President Barack Obama at a roundtable discussion on healthcare ...
President Barack Obama at a roundtable discussion on healthcare during a visit to the Children's National Medical Center in Washington, DC in July. A new sheaf of opinion polls shows Americans sharply divided on Obama's first year in office, as his ratings on key issues like health care and the economy hit new lows.(AFP/File/Saul Loeb)



Selon un haut responsable à Washington, Mister O. doit annoncer jeudi son intention d'imposer une taxe aux plus grandes sociétés financières du pays afin de récupérer entièrement les milliards de dollars versés par les contribuables pour sauver le système financier pendant la crise.

President Barack Obama, accompanied by Vice President Joe Biden, ...

President Barack Obama, accompanied by Vice President Joe Biden, finishes a statement about the earthquake in Haiti, Wednesday, Jan. 13, 2010, at the White House in Washington.





Beaucoup d'agitation, rien de plus : Les pouvoirs publics américains s'agitent contre les banques avant l'ouverture d'une "saison des bonus" qui se présente comme exceptionnelle et ne devrait pas manquer d'indigner l'opinion publique.

La déclaration présidentielle aura lieu à la veille de la publication des résultats de JPMorgan, première des grandes banques américaines à révéler ses chiffres pour 2009 et le montant des primes annuelles attribuées à ses employés. Selon le New York Times, les banques "se préparent à verser des bonus qui rivaliseront avec ceux des années fastes d'avant la crise", au risque de s'aliéner la population aux prises avec les retombées de la crise...





U.S. President Barack Obama makes remarks about the devastation ...

. President Barack Obama makes remarks about the devastation caused by the earthquake in Haiti as Vice President Joe Biden listens at the White House in Washington, January 13, 2010.REUTERS/Jim Young (UNITED STATES - Tags: POLITICS DISASTER)







L’actualité se télescope puisqu’en même  temps le président doit montrer qu’il se préoccupe aussi des Haïtiens et doit décider d’envoyer une aide conséquente. Terrible,  non ?


Ne nous leurrons pas : dans un cas comme dans l'autre, j'appelle ça des larmes de crocodile, car ce que Mister O. va chercher à protéger avant tout, ce sont les intérêts des grands groupes financiers dont son élection dépend entièrement, et qui depuis qu’il est à la Maison Blanche, lui dictent leur loi, et lui imposent sa politique.

 

Surtout n’espérez rien d’Obama aujourd’hui, qui va encore faire un de ses grands discours grandiloquents, à l’aide de son téléprompteur, mais qui ne prendra aucune mesure concrète, comme d’habitude.

Hier les patrons des grandes banques sont venus témoigner devant Sénat la main sur le cœur et faire semblant : "on a fait quelques erreurs", alors qu’ils vont toucher chacun 150 à 200 millions de dollars de bonus grâce à l’argent du contribuable américain. N’en jetez plus !









 U.S. President Barack Obama (2nd R) meets with CEOs of several ...



. President Barack Obama (2nd R) meets with CEOs of several small and community banks in the Roosevelt Room at the White House in Washington December 22, 2009.REUTERS/Jim Young (UNITED STATES - Tags: POLITICS BUSINESS)







De  même Obama hier qui se lamente sur le sort d’Haiti alors qu’il est patron de Citibank (en tant que président, puisque l’Etat américain est le principal actionnaire) ) qui a distribué des milliards de bonus à ses traders cette année. On se fout de qui ?

De  même Obama hier qui se lamente sur le sort d’Haiti alors qu’il est patron de Citibank (en tant que président, puisque l’Etat américain est le principal actionnaire) ) qui a distribué des milliards de bonus à ses traders cette année. On se fout de qui ?

Haïti, voyons un peu : 1 Haïtien touche un peu plus de 1 euro par jour ; les traders américains encaisseront en moyenne 200 000 à 300 000 euros ou dollars de bonus pour l’année 2009 grâce au renflouement des banques par les  contribuables !

 

Alors qu’Obama arrête de pleurer sur le sort de ces pauvres Haitiens, et de dénoncer les bonus : on attend des actes forts; il en aurait le pouvoir s’il n’était pas totalement entre les mains des grands financiers de ce monde.













Le problème c’est que tous ceux qui l’entourent et qui l’ont porté au pouvoir sont ces grands groupes eux-mêmes.

 

Ras le bol de cette hypocrisie, de ces lamentations sirupeuses qui n’ont aucun sens.

Bonus records cette année, qui correspondent à tout l’argent donné par le gouvernement américain.

Donc la population américaine crève de froid et de faim, et est décimée par un chômage record, les Haïtiens sont décimés par un séisme et une pauvreté indescriptible et inimaginable, et pendant ce temps, Obama et ses copains banquiers contineuent de s’engraisser.














Le séisme en Haïti, encore un beau cadeau de Dame Nature, que les hommes continuent de maltraiter, comme ce qui nous tombe dessus actuellement, ce froid et cette neige, même en Bretagne (climat océanique !) ou en Floride (climat tropical !).

Mais ne rêvez pas :
Si Obama s’intéresse autant à l’environnement et au CO2 ces temps-ci, c’est qu’il y a un marché extraordinaire pour les banques américaines à l’avenir dans ce domaine, et si les Etats-Unis vont rentrés dans le protocole de Kyoto, ce n’est pas parce que Mister O. Veut sauver la planète, mais parce que ses copains banquiers lui ont dit qu’ils devaient maintenant rentrer dans ce processus pour pouvoir faire des profits sur le marché du CO2.

 

 

De la comm., rien que de la comm., et aux Etats-Unis, comme en France avec Sarko, de la comm., on  n'en veut plus !

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

marie 14/01/2010 16:58


j'ai entendu que Lance Armstrong allait donner plus de 200 000 dollars aux sinistrés d'Haïti. Combien monsieur Obama et ses copains de Wall Street vont-ils donner de leurs deniers personnels ?