UNE SEMAINE TRES DANGEREUSE

Publié le par frenchpuma

President Barack Obama attends a news conference at the G20 Summit in London April 2, 2009.REUTERS/Jason Reed


La semaine qui vient sera sûrement cruciale pour la présidence du Sauveur du Monde.

Enfin, nous allons être fixés : a-t-il oui ou non les tripes nécessaires pour être le leader qu'il était supposé être ?

Jusqu'ici, force est de constater qu'il est loin d'avoir fait ses preuves. Il n'a vraiment pas montré qu'il avait la capacité de changer l'Amérique et le monde.



La semaine prochaine, donc, tous les problèmes auxquels il doit actuellement faire face vont converger sur lui en même temps.

Il va devoir convaincre le Congrès, et en particulier son propre camp, que sa réforme de la santé est la bonne.

Il va devoir mettre un terme à cette polémique inutile sur le racisme, déclenchée par les déclarations stupides de Jimmy Carter la semaine dernière.


Car je voudrais rappeler ici, que s'il existe effectivement des divisions raciales aux EU, Obama en a totalement profité jusqu'à présent, et n'en a certainement  pas été la victime. S'il a été élu l'année dernière, c'est parce que beaucoup d'Américains aimaient l'idée de voter pour un Black, et pas pour ses qualités d'homme politique, proches du néant.





US President Barack Obama speaks at an event in Maryland. Obama will seek to restart stalled Mideast peace talks Tuesday when he hosts a trilateral meeting with Israeli Prime Minister Benjamin Netanyahu and Palestinian president Mahmud Abbas(AFP/File/Jewel Samad)





C'est sur le plan international surtout que ça va chauffer, et que la semaine va être dangereuse pour la réputation de Obama à l'étranger :


En l'espace de quatre jours, Obama aura plongé dans la politique des Nations Unies, et aura accueilli le sommet du G20 à Pittsburgh, visant à statuer sur la situation financière international.
Le monde vient donc à lui, et aucun autre leader n'a autant à perdre de cette rencontre.

De plus, lundi, va s'ouvrir l'Assemblée générale de l'ONU à New York, pour discuter du changement climatique, de la menace nucléaire de l'Iran, et de la Corée du Nord.

Jeudi, ce sera à Pittsburgh que les autres grands de ce monde feront pression sur Obama pour une régulation des marchés financiers et des bonus accordés aux traders.

 

 

Et Obama doit aussi supporter le poids de deux guerres de plus en plus impopulaires, dont celle en Afghanistan, qui est en train d'être perdue.
Huit ans après les attentats du onze septembre, Obama doit s'assurer du soutien de ses alliés, et s'assurer que l'Afghanistan ne devienne pas une nouvelle plate-forme pour Al Quaeda.
 (source : Kansas City.com)




 




Je sais qu'il y a encore beaucoup de gens ici en Europe qui sont toujours fans d'Obama, et qui le voient encore comme leur héros.

Mais je ne suis pas certaine que cette passion va survivre bien longtemps, et je suis prête à parier qu'en 2010, le monde entier aura enfin compris qui Barack Obama est vraiment.

Commenter cet article