WOMEN WE CAN BELIEVE IN

Publié le par frenchpuma

French article ; English article below

L'annonce inattendue du départ de David Souter de sa fonction de juge de la Cour Suprême a provoqué une vague de spéculations sur l'identité de celui ou celle qui pourrait le remplacer, et la possibilité de voir une femme nommée, ou un Hispanique, ou même les deux à la fois, est maintenant envisagée sérieusement.



A l'heure actuelle, sur les neuf juges de la cour suprême, on compte une seule femme  : Ruth Bader Ginsburg




Désormais,  Barack Obama a l'opportunité de montrer -enfin- qu'il veut vraiment changer les choses : si, finalement, il décidait de ne pas nommer une femme, il décevrait à coup sûr plus de la moitié des gens qui ont voté pour lui, car, comme tout le monde le sait, les électrices ont massivement contribué à sa victoire en novembre dernier.


Hier, il a promis de nommer à la Cour Suprême, un juge, qui combinerait à la fois "empathie et compréhension" et une connaissance irréprochable du système judiciaire.
 
Ce choix que va devoir faire Obama sera le premier fait par un président démocrate depuis 15 ans à la Cour Suprême. Il a déjà laissé entendre qu'il s'arrangerait pour que "lui" ou "elle" soit nommé (e) à temps pour la rentrée de la Cour Suprême le premier lundi du mois d'octobre.


“Je vais m'efforcer de chercher quelqu'un qui comprend que la justice, ce n'est pas qu'une théorie abstraite, ni une note de bas de page dans un manuel de droit. La justice, c'est aussi quelque chose qui touche la vie de tous les jours de nos concitoyens." a dit Mister O.  hier, en se montrant de manière tout fait inattendue lors de la conférence de presse donnée à la Maison Blanche, quelques minutes après seulement avoir parlé à Souter au téléphone.



Parmi les noms les plus cités pour remplacer Souter (rappelons qu'un juge de la Cour Suprême est nommé à vie, sauf s'il se retire de lui-même), chez les prétendantes femmes, on trouve, Sonia Sotomayor, qui est juge dans une cour d'appel.


Sa nomination, non seulement, contenterait l'électorat hispanique, mais, en tant que native du Bronx, à New York, elle correspondrait tout à fait au critère dont a parlé Obama, quand il a dit qu'il aimerait que les juges soient issus des minorités.

 

 


 Mrs Sotomayor est souvent décrite comme quelqu'un qui a son franc parler, et un esprit indépendant. Elle a reçu le soutien de 26 sénateurs Républicains quand elle a été nommée juge en 1998, et on avait déjà parlé d'elle en 2004 comme possible juge de la Cour Suprême, si John Kerry avait gagné les élections.

 


Mais il y a d'autres candidates, comme Elena Kagan, qui est déjà n°2 au Ministère de la Justice :




Ou encore Diane Wood, juge fédéral, qui présente l'avantage d'avoir exercé comme professeur à l'université de Chicago, en même temps que le président :




et aussi Kathleen Sullivan, professeure de droit à l'Université de Stanford :

 





Obama a promis qu'il consulterait aussi bien les Républicains que les Démocrates avant de faire son choix.

Toutes les femmes vont attendre avec anxiété sa décision, sachant parfaitement que ce choix s'avérera crucial dans les années à venir pour la protection de leurs droits.

Alors, comme on dit, attendons de voir, mais je parie, qu'une fois encore, on pourrait bien être déçus....



Calendrier de la nomination à venir :


• President Obama devra nommer un ou une successeur (e) une fois que Souter aura officiellement annoncé sa retraite


• La Constitution américaine oblige le président à soumettre sa nomination au Sénat qui doit confirmer ce choix (la Chambre n'a pas son mot à dire)


• Le Sénat essaiera sans doute de commencer les auditions avant que la Cour Suprême ne reprenne ses travaux en octobre, afin de pouvoir confirmer ou non le choix du président


• A la fin des auditions, la commission chargée d'examiner la nomination votera et enverra ses recommandations à tout le Sénat qui procèdera alors au vote


• Pour pouvoir contrer un "filibuster" (c'est à dire un blocage du vote), il faut 60 voix. En supposant que tous les Démocrates approuvent le choix de Obama, ils ne sont plus maintenant qu'à une voix de ces 60, depuis la défection du Républicain A. Specter la semaine dernière, et grâce à deux voix d'Indépendants qui votent démocrate.

Commenter cet article