IN DEBT WE TRUST

Publié le par frenchpuma

French version ; English version below
 

L’Amérique est en train d’étouffer sous les dettes...


Et dans les mois qui viennent, elle va pourtant continuer à dépenser inconsidérément, simplement parce qu’un amateur a été élu à la présidence…




Mais qui donc va pouvoir l’arrêter ?

Il semble bien que certains Républicains, ne manquant pas de courage sont déterminés à faire de leur mieux pour stopper ce plan, mais le problème est que d’autres Républicains, ceux que l’on appelle les “Modérés” ou “centristes” ont déjà choisi de se vendre à Obama : Susan Collins ; Alan Specter : honte à vous !


 

Aujourd’hui, je voudrais donc rendre un hommage appuyé à ceux qui ont décidé de résister, comme le sénateur Républicain de l’Oklahoma, James Inhofe, qui a fait cette déclaration courageuse après l’annonce du compromis, hier soir :






 
“Même si j’apprécie les efforts que mes collègues ont fait afin de faire baisser le coût de ce plan, le fait est que l’on se trouve toujours face à un plan qui va nous coûter un trillion de dollars. De plus, ce qui est pire, c’est que ce plan représente 93 % de dépenses, et seulement 7 % de stimulation. Au cours de ces derniers jours, j’ai tenté de faire bouger les choses, en essayant de faire réduire la part de dépense, mais les Démocrates se sont farouchement opposés.

La bonne nouvelle, c’est que les sondages montrent qu’il y a de plus en plus d’Américains qui ont compris qu’il s’agissait du plus grand plan de dépense de toute l’Histoire du pays, et qu’ils sont de plus en plus nombreux à faire entendre leur opposition.

Mes permanences, aussi bien à Washington qu’en Oklahoma croulent actuellement sous les coups de téléphones, les courriels et les faxes qui me demandent de m’opposer à ce plan lors du vote. Je peux rassurer mes électeurs : mon vote sera NON, et je m’y tiendrai. »

 



En voici au moins un que Obama n’a pas effrayé avec ses menaces et ses injonctions !

Laissez-moi d'ailleurs vous dire que je l’ai d’ailleurs trouvé totalement ridicule ces dernières heures, à s’agiter, à s’énerver, à courir partout en hurlant “Le ciel nous tombe sur la tête ! Le ciel nous tombe sur la tête” espérant ainsi convaincre les sceptiques.




Ce comportement a dû produire l’effet inverse, puisque les Américains sont désormais majoritairement opposés au passage de ce plan !


Bien joué, Mister O. ! 
 



 

 

 


Commenter cet article