LE DICTATEUR

Publié le par frenchpuma

French version ; English version

Les Etats-Unis seraient-ils devenus une dictature ?

La question n'est pas une plaisanterie, si l'on en juge par le comportement inacceptable du nouveau président depuis deux jours : vociférant, menaçant, avertissant le Congrès que si les Sénateurs ne votent pas en faveur de son plan de relance, ils seraient responsables de la catastrophe qui attend les Etats-Unis dans les prochains mois.

Il y a quelques heures à peine, Obama, excité et impatient, a lancé des mots durs au Congrès divisé sur son projet : il a averti les élus qu'il serait "inexcusable et irresponsable" de retarder le vote en faveur de son plan de relance économique, et il a même affirmé que les 600 000 emplois perdus au cours du mois de janvier aux EU soulignaient l'urgence de la situation et l'ultra nécessité de leur vote.


Le doigt pointé en signe de menace au Congrès, Obama a parlé d'économie ce vendredi 6 février en soulignant l'urgence de la situation.



Au lieu de se demander ce qui ne va pas dans son plan qui fait que les Sénateurs ne veulent pas lui apporter un soutien massif, il préfère les accuser d'irresponsabilité, et les blâmer pour un échec qui sera LE SIEN et celui de personne d'autre, si le plan échoue finalement au Congrès.

Son comportement est totalement anti-démocratique : un président n'a absolument pas le droit de dicter sa loi au COngrès. Le pouvoir exécutif et le pouvoir législatif sont deux entités séparées : c'est précisément le rôle du législatif de s'opposer au président et à son administration s'il estime que ceux-ci font une erreur, et qu'un projet de loi que le gouvernement propose est mauvais pour le pays. Le Congrès ne fait que remplir son rôle d'équilibre et contrôle des pouvoirs (Checks and Balances).
De quel droit un président se permet-il de menacer un Congrès qui a été élu démocratiquement, et d'insulter ses membres ?



Visiblement de très mauvaise humeur, vendredi, car les choses ne se passent pas vraiment comme il l'avait prévu... Il ne tolère pas l'opposition, apparemment !



Quinze jours seulement après son investiture, Obama est en train de montrer à l'Amérique et au monde qui il est vraiment :
un nouveau dictateur.

Il semble de plus en plus évident que Mister O. est semblable à notre cher président français : il ne supporte absolument pas l'opposition !

Peut-être ferions-nous bien de leur rappeler que leurs compatriotes ont fait une révolution contre les monarques qui étaient à la tête de leur pays il y a de cela des siècles, parce qu'ils avaient abusé de leur pouvoir.

L'ère des tyrans n'est-elle pas révolue ?


Ils feraient bien de se souvenir, tous les deux, pourtant, qu'ils ont été élus, et non couronnés.
Et la philosophie des Lumières nous a bien appris que lorsque les dirigeants se transforment en tyrans, la révolution devient un droit.... (John Locke)


MISE A JOUR :


Les sénateurs américains sont parvenus à un accord à l'arraché vendredi soir sur un plan de relance économique de 780 milliards de dollars. Ce texte devrait être soumis au vote de la Chambre haute du Congrès, le Sénat, au début de la semaine prochaine.


Pour emporter l'adhésion d'un nombre suffisant d'élus républicains et éviter que le débat ne s'éternise, le groupe démocrate a accepté d'amputer de plus de 150 milliards de dollars un projet dont le coût n'a cessé d'augmenter au fil des négociations, entamées il y a cinq jours.


Les élus démocrates ont annoncé que le vote, très attendu tant par la Maison Blanche que par les partenaires commerciaux de Washington, aurait lieu en début de semaine prochaine. La majorité démocrate compte sur trois ou quatre sénateurs républicains pour faire adopter le plan. Les démocrates, qui contrôlent 59 des cent sièges du Sénat, ont en effet besoin de 60 voix pour faire barrage à toute volonté de blocage républicaine.


Commenter cet article

FrenchNail 07/02/2009 03:19

Parlons peu mais parlons bien: le plan qui est en passe d'etre vote demain regroupe non pas un plan de grands travaux articule autour d'une grande idee, mais tous les divers projets presentes au cours des annees republicaines par les representants democrates, acceptes de principe mais non budgetes. C'est NOEL... donc ca va d'un musee de la mafia a Las Vegas, au reamenagement complet des bureaux de certains ministeres, avec decorateur en prime, a l'etude de l'ADN de je ne sais plus quel animal.

Mais puisqu'Obama ne fait pas de difference entre un budget de depenses et un plan de stimulation (je ne plaisante pas, c'est exactement ce qu'il a dit hier, et en plus il etait tres fier du jeu de mot : Les republicains accusent ce plan de stimulation d'etre un plan de depenses. Comme s'il y avait une difference !!!(applaudissements et rires des representants democrates qui l'ecoutaient), il faut s'attendre a tout.

Au dernier sondage, seulement 34% des americains approuvent le plan. Tout ca se terminera tres mal, je vous le dis.