PROMESSES DE CAMPAGNE : 1ère Partie

Publié le par FRENCH NAIL

French version ; English version below

 

La durée de vie utile des promesses de campagne d’Obama semble encore plus courte que le temps pris par les mauvaises langues (MOWHA ???) pour tourner dix fois dans la bouche avant de ne parler.

 

Comme French Puma nous l’a rappelé hier, une des grandes promesses électorales du Messie était une réduction du pouvoir des lobbies.

 

Ce n’est qu’au lendemain de l’annonce, faite le premier jour de sa présidence à grands coups de gueules et en grande fanfare devant toute la presse inféodée mitraillant à genoux son idole, de son nouveau règlement interdisant entre autres. à toute personne de travailler dans le ministère qu’il ou elle aurait ciblé en tant que lobbyiste pendant les deux ans précédant le changement d’emploi, que la nomination par Obamination de William Lynn au poste de directeur adjoint du ministère de la Défense a été menacée de déraillement.

 

 

 

 




 

Celui qui va très sûrement être le numéro 2 du ministère, a vu sa procédure de confirmation par le comité sénatorial des forces armées suspendue le 22 janvier.  Le président du comité le Sénateur Carl Levin, justifia la suspension par sa demande de clarifications dirigée à la  nouvelle administration. Midi passé, Levin en était déjà à parler de la nécessité d’une dispense.

 

Et dispense il y a eu !!!

 

L’ironie ou la tristesse des choses est que Lynn est l’archétype même de l’effet de porte de devant/porte de derrière caractérisant les lobbyistes américains et que le ministère de la défense est le terrain de chasse de prédilection de ces derniers.

 

Jusqu’à tout récemment, Lynn était le vice-président principal chargé des opérations et de la stratégie gouvernementales chez Raytheon, un des géants des systèmes de défense et d’aérospatial. Ce titre ronflant déguisait une position de lobbyiste chargé d’influencer les budgets et les projets de loi de crédits de la défense, le secteur des missiles et le financement des forces armées étrangères. 

 

 




Et avant d’aller s’assurer un solide compte en banque à partir de 2002 chez Raytheon, Lynn avait été le directeur financier en chef du Pentagone de 1997 à 2001, poste qu’il avait obtenu après y avoir été le directeur de l’analyse et l’évaluation des programmes de 1993 à 1997.  Il est aussi à noter qu’avant de ne rentrer au Pentagone, Lynn faisait partie de l’équipe du nounours moribond Teddy Kennedy, le sénateur du Massachusetts.

 

 

 

D’après un communiqué de l’Associated Press, Lynn et son équipe de lobbyistes ont dépensé 1,15 millions de dollars, rien que pendant le premier trimestre 2008 afin « d’influencer » les décisions d’achat du Pentagone dans le secteur des missiles, des détecteurs, des radars et de toutes les autres programmes technologiques et de contre-espionnage.

 

 

 

Donc on résume : le type chargé de signer tous les achats au Pentagone part, dès le lancement de la guerre en Irak, travailler en tant que Grand Chef du lobbysme chez l’un des plus gros fournisseurs de ce dernier.  Sept ans plus tard, la présence américaine en Irak touchant à sa fin, Lynn se reprend des envies de réduction de salaire et augmentation de prestige et revient au Pentagone via le ministère de la Défense. Peu importe que sous son règne, Raytheon ait eu à payer la bagatelle de 475 millions de dollars d’amende pour au moins 17 instances de facturation frauduleuses au Pentagone.

 

Mais qu’à cela ne tienne, vendredi le 23 janvier à 16h 46, alors que tout le monde avait déjà déserté les bureaux pour le week-end, Obama par l’intermédiaire de ses sous-fifres a dispensé Lynn des restrictions passées l’avant vielle à l’égard des lobbyistes.

 

Et pour la bonne bouche, certaines restrictions complètement impraticables et invérifiables lui seront néanmoins imposées pendant la première année de la pratique de ses fonctions (juste le temps de que les esprits passent à autre chose).

 

Sauts de chat et pas de bourrée, côté cour ou côté jardin, le décor est toujours le même !

 

 

 

ARTICLE REDIGE PAR : FRENCH NAIL

Commenter cet article