"IT'S THE RECESSION, STUPID !"

Publié le par frenchpuma

Pas encore président officiellement, et déjà, il reconnaît qu’il a raconté n’importe quoi pendant la campagne…



 

C’était aujourd’hui, lors d’une grande émission politique à la télé, plus précisément « This Week », sur ABC, ce matin.

 

Pour la première fois depuis des mois, voire des années, Obama a dit la vérité !



 

Vous me direz, il vaut mieux pour lui : maintenant que son heure est venue, il va bien falloir qu’il montre ce dont il est capable.

 

Des mots, des mots, rien que des mots : cette phase-là est bien finie. Il faut passer aux actes.

 

Donc, mieux vaut préparer le pays à une immense déception.

 

C’était bien le sens du message qu’il a voulu faire passer sur ABC.

 

Il a commencé par dire que la crise majeure qui affecte le pays va le contraindre à revenir sur bon nombre de promesses faites pendant la campagne.

Et mieux, même : il a averti les Américains qu’il fallait qu’ils se préparent à faire des sacrifices !

Très drôle, non ?

 

Vous parlez d’un beau rêve !

Les Etats-Unis attendaient le Messie. Voilà que se pointe un individu sans aucun pouvoir magique, ordinaire, comme vous et moi, et même horriblement terre à terre, puisqu'il vient nous promettre « du sang et des larmes »…

 



Voici les principaux points sur lesquels il a reconnu s’être emballé un peu vite, quand il clamait haut et fort : « Nous sommes le changement que nous attendions…
Nous sommes ceux que nous espérions voir arriver…” 

 

- Remarque préliminaire, pour préparer son auditoire à la très mauvaise surprise qui l’attendait pendant toute l’émission :

 

 Je voudrais faire preuve de réalisme, ici [enfin, serait-on tentés de dire ! Mieux vaut tard que jamais, mais pour les Américains, c’est un peu tard. Aucun retour en arrière n’est possible : ils l’ont voulu. Ils l’ont !]

Nous ne pourrons pas faire tout dont ce que nous avions dit pendant la campagne, au rythme prévu. Il va falloir que tout le monde fasse des efforts. »


- Insistance constante sur les mauvais chiffres de l’économie, sans doute pour se trouver des excuses :

“Tous les indicateurs économiques nous montrent que nous connaissons actuellement la pire récession depuis la Grande Dépression. »

 

- Guantanamo

Rien à voir, pourtant, avec la crise...

Et bien, même sur ce sujet, il revient sur ce qu’il avait promis. Selon lui, il  ne sera pas possible de fermer le camp dès qu’il sera officiellement président :

 “C’est beaucoup plus difficile que l’on croit. Les gens ne se rendent pas compte des difficultés. »

 

Ah bon ? Et lui, il ne s’en rendait pas compte non plus quand il affirmait que la prison fermerait dès qu’il deviendrait président ?

 

- Politique étrangère

 Impossible de lui arracher un mot sur la situation à Gaza.

Même pas un mot de compassion pour les centaines d’enfants morts ces derniers jours. Il est clair que cela ne le touche pas. Voici les mots creux, sans âme, sans proposition concrète qu’il a prononcés sur ce sujet pourtant terriblement grave : je suis « encore plus déterminé à briser une impasse qui existe depuis des années. »

 

Avec des mots pareils, nul doute : la population de la région va être rassurée.

Ça promet…

 

Je me demande quelles sont les impressions de tous ceux qui ont voté pour lui, ce soir...

 

Non, ce n'est pas le vrai...
C'est la figurine de cire de Obama, à Madame Tussaud, le célèbre musée de Londres... Ils l'ont vraiment arrangé, vous ne trouvez pas ?

Commenter cet article