HILLARY, BARACK, LA CONSTITUTION, ET LES MEDIAS INFEODES

Publié le par frenchpuma

Il y a deux jours, quelle ne fut pas ma surprise en voyant ces gros titres dans les médias américains :

"La sénatrice Clinton est-elle éligible à la fonction de Secrétaire d'Etat ?"
"La nomination de Clinton est populaire, mais est-elle constitutionnelle ?"
"La confirmation de Hillary Clinton pourrait déclencher des batailles constitutionnelles..."

Au premier abord, j'ai cru à une plaisanterie.
Puis j'ai réalisé qu'ils étaient vraiment sérieux, hélas, trop sérieux, puisque, alors que je jetais un coup d'oeil aux Google News, je trouvais des dizaines d'articles sur le sujet...



Alors donc, les médias inféodés se sont dépêchés de remarquer que Hillary ne peut pas devenir Ministre des Affaires Etrangères, en raison d'une vague clause de la Constitution appelée "La Clause des Emoluments". Sous cette clause de l'Article I, un membre du Congrès qui était en fonction alors qu'une augmentation de salaire a été accordée à un Ministre par exemple, ne pourra lui-même être nommé à ce poste de ministre avec ce salaire plus élevé.
Hillary Clinton était effectivement sénatrice de New York au mois de janvier, quand le président Bush a passé un décret présidentiel augmentant le salaire du Secrétaire d'Etat de 186 600 dollars à 191 300 dollars.

Alors, je me suis demandée : pourquoi ? Pourquoi continuent-ils de s'acharner ainsi sur Hillary, alors que dans le même temps ils ne se posent aucune question sur l'éligibilité de Obama à la présidence des Etats-Unis ?

Qu'est-ce qui est le  plus important des deux, franchement ?
La fonction de président, ou celle de simple ministre ?
Pourquoi faire toute cette histoire au sujet de Hillary, et rester muet sur Mister O ?

J'en conclus, finalement, qu'il n'y a aucun problème pour l'Elu, aucun problème d'avoir été sujet britannique, pour ensuite devenir citoyen indonésien, pour ensuite se faire élire président des Etats-Unis, sans que jamais personne ne s'interroge sur la clause de la Constitution qui parle de président "natural born".

Et bien si les médias inféodés ont été capables de trouver "la clause des émoluments" dans l'Article I, je ne saurais que trop leur conseiller de poursuivre leur lecture du texte un peu plus loin, d'aller jusqu'à l'Article II, de dénicher la clause "Natural Born" et ensuite de relayer l'information, en posant la bonne question des critères d'éligibilité d'un président...


Commenter cet article

FrenchNail 07/12/2008 02:05

C'est une tempete dans un verre d'eau qui ne fait une fois de plus que souligner la haine et la mysoginie des medias a l'encontre d'Hillary. Le cas c'est deja presente dans l'histoire et est resolu par le remboursement de la difference en emoluments par le nouveau ministre. En inegibilite les medias sont NULS....