SOUPCONS...

Publié le par frenchpuma



La Cour Suprême des Etats-Unis se réunit aujourd'hui à huis clos pour débattre de la question de la citoyenneté de Barack Obama, et décider si elle va ou non aller plus loin dans cette affaire.
Il s'agit du recours déposé par l'ancien procureur du New Jersey Leo Donofrio, qui avait à l'origine porté plainte contre la Secrétaire d'Etat du New Jersey Nina Mitchell, dans l'intention de retarder l'élection présidentielle. Puis, après l'élection, Monsieur Donofrio avait requalifié sa plainte en demandant que le vote du Collège Electoral devant avoir lieu le 15 décembre pour confirmer l'élection de Obama, soit suspendu. Toutefois, il y a très peu de chances que les juges de la Cour Suprême donnent suite à cette affaire, selon des experts constitutionnels.


Selon Eugene Volokh, professeur de droit constitutionnel à L'université de Los Angeles, cité aujourd'hui par le Washington Times, "rien de ce que j'ai vu jusqu'à présent, rien ne laisse présager que la Cour va statuer plus loin sur le cas".

Donofrio ne conteste pas le fait que Obama est né à Hawaï, contrairement à d'autres procès intentés pour remettre en cause sa citoyenneté américaine. Mais il prétend que Obama est citoyen britannique parce que son père était citoyen britannique (le Kenya étant alors colonie britannique).

Même si le procès Donofrio ne conteste pas le fait que Obama est né à Hawaï, rappelons qu'il y a quand même pas mal de doutes sur ce point également.

Est-il "né sur le sol américain" comme l'exige la Constitution ?
La question reste à ce jour sans réponse. Il n'y a eu aucune transparence de la part de ce président qui vient d'être élu, et dont on ne sait pas s'il pouvait l'être ! Alors qu'il avait fait de la transparence l'une de ses promesses de campagne, Obama vient de montrer depuis qu'il est élu, que la notion de transparence est totalement subjective.

La plus troublante des questions qui se pose, c'est de savoir pourquoi Monsieur O n'a pas immédiatement rendu public son certificat de naissance original (aujourd'hui mis sous scellés), afin qu'il soit soumis à une expertise. Ce simple geste aurait suffi à faire taire les rumeurs, et cela aurait prouvé qu'il était effectivement éligible à la fonction de président des Etats-Unis. De plus, cela aurait fait économiser aux contribuables américains des frais de justice.
Au lieu de cela, Barack Obama a fait semblant de rendre visite à sa grand-mère mourante à Hawaï, dans le simple but d'obtenir de la gouverneure de l'Etat de Hawaï qu'elle fasse mettre son certificat de naissance sous scellés, afin que personne ne puisse avoir accès à ce document top secret (rappelons qu'il tenait tant à sa grand-mère qu'il  n'a même pas jugé bon d'assister à ses obsèques...). 
 

 

Avant l'élection, Obama avait promis de rendre public cet original de son certificat de naissance (et pas la certification de naissance). Il avait aussi promis qu'il publierait ses dossiers scolaires et universitaires;
Qu'en est-il à ce jour ? Rien ! Pas un seul de ces documents n'a été dévoilé...


Pourquoi, pourquoi donc, si Obama n'a vraiment rien à cacher ?
Pourquoi lui est-il si difficile de jouer la transparence et l'honnêteté ? Se pourrait-il que ces documents contredisent ce qu'il a toujours dit ?
On dit que toute cette affaire ne serait qu'une manifestation de plus du racisme de certains, qui ne pourraient pas accepter l'idée d'un président noir... Mais quel rapport avec du racisme ? Ce n'est pas non plus une conspiration Républicaine : cela n'a rien d'une querelle partisane ! Il s'agit seulement de simples citoyens américains qui veulent que leur Constitution soit respectée, et qui demandent la vérité. Est-ce si difficile à comprendre ?

Plus Obama repousse l'échéance, plus cela devient suspect. S'il n'a vraiment rien à cacher comme il le prétend depuis le début, pourquoi garder ces documents secrets. Sur un certificat de naissance, on peut lire le nom de l'hôpital où vous êtes né, celui des personnes qui étaient présentes, le pays, la ville, le nom du médecin, etc...
Alors, Monsieur Obama, où sont-ils tous ces renseignements ? Voulez-vous débuter votre présidence avec tous ces soupçons qui pèsent contre vous ?

 


Car le problème, c'est que Obama n'a fourni, même à l'organe dirigeant de son propre parti, qu'une authentification de naissance (signée par personne), car à l'époque où il est né, l'Etat d'Hawaï délivrait deux types de certificats :
- le certificat de naissance si vous étiez né aux US
- la certification de naissance, que vous pouviez même vous procurer un an après votre naissance, sans avoir à prouver que vous étiez bien né à Hawaï.
C'est le certificat de naissance que Obama n'a jamais montré. Il a même engagé trois cabinets d'avocats pour le défendre dans ces affaires !

 

L'affaire Donofrio au départ visait aussi bien McCain que Obama. Cela n'a donc rien d'une conspiration de droite, d'une querelle Républicains contre Démocrates : c'est de droit constitutionnel, répétons-le, qu'il s'agit.
Comment un homme peut-il devenir président des Etats-Unis, s'il viole lui-même la Constitution ?
Est-ce vraiment trop exiger que de demander une copie certifiée confome de son certificat de naissance, et pas une simple authentification de naissance, qui ne prouve en rien qu'il est bien né à Hawaï ? 

Tous les autres candidats ont été priés de produire des actes de naissance également. Ils se sont tous exécutés. Le seul qui ne l'ait pas fait, c'est Obama. Or, c'est lui qui a été élu. Ce qu'il a publié sur son site, c'est une authentification, et non un acte de naissance valable, comme les autres. Pourquoi ? Pourquoi y a-t-il des gens qui sont chargés de monter la garde auprès de son vrai certificat de naissance, à Hawaï. Que faut-il dissimuler à tout prix, aux yeux du public ? Pourquoi avoir fait mettre ce certificat sous scellés ?
 

 




Les Juges de la Cour Suprême ont le pouvoir d'exiger de voir ce certificat d'origine, et donc d'enterrer à jamais la question de l'inéligibilité de Obama.
Le peuple veut voir ce certificat, pas ce qui figure ci-dessus, cette authentification qui ne nous apporte rien. Savez-vous que ce document ne serait pas jugé suffisant pour n'importe quel Américain  qui voudrait obtenir un passeport, un permis de conduire, s'engager dans l'Armée, ou encore faire plein d'autres choses. On exigerait de lui qu'il produise le vrai certificat, pas l'authentification. Et pour devenir président, on n'aurait pas besoin de le faire ? Bizarre, non ? Drôle de pays !



 Peut-être que l'authentification publiée sur Internet n'était pas un faux, même si les experts disent le contraire, mais même si elle est vraie, elle ne prouve rien : on ne sait pas où Obama est réelllemnt né : ses parents auraient pu enregistrer sa naissance à Honolulu, sans qu'il y soit vraiment né, sans preuve ni témoin.
Et ce n'est vraiment pas normal...

Obama est très secret sur certains aspects de sa vie : tous ses dossiers sont maintenant inaccessibles, et pourtant, aucun média ne fait un travail d'investigation à ce sujet. De plus, il a dépensé 500 000 dollars en frais d'avocats pour empêcher la publication de tous ces documents. POurquoi ? La vérité doit vraiment être terrible à voir !

Tout cela est vraiment très suspect, et une fois de plus, c'est la preuve d'une arrogance démesurée de la part de Obama.

Tout Américain qui veut devenir fonctionnaire, professeur ou officier de police par exemple, doit fournir ces documents officiels lorsqu'il présente sa candidature : copies d'acte de naissance ; dossiers scolaires et universitaires, copies de ses diplômes. Dans les dossiers universitaires, il y a pas mal de renseignements, qui vont de votre nationalité, aux bourses que vous avez reçues, pendant toute votre scolarité. Si Obama ne veut pas les montrer, c'est bien parce qu'il y a quelque chose là-dedans de gênant, sur sa "vraie" nationalité...



 
Obama n'a donc toujours pas prouvé qu'il remplissait les critères d'éligibilité tels qu'ils sont énumérés par la Constitution.
Il est donc maintenant du devoir de la Cour Suprême de s'assurer que ceux-ci sont bien respectés dans le cas de Obama. Les Juges qui y siègent ont prêté serment. Pour cette raison, la Cour Suprême n'a pas le droit de décider de classer toute cette affaire...


Commenter cet article