UN TERRIBLE RETOUR DE BATON

Publié le par frenchpuma

L'élection de Barack Obama était supposée unifier le pays et achever la grande réconciliation entre Noirs et Blancs, effaçant ainsi le passé honteux de l'Amérique, de l'esclavage aux  tristement célèbres lois dites "Jim Crow", légalisant la ségrégation, et qui furent adoptées au lendemain de la Guerre de Sécession. 

 

 

 

 

 

 

 

 

Pourtant, tout est loin d'être aussi simple, et les minorités raciales et ethniques sont en train de se rendre compte que Obama, leur tout nouveau président, va peut-être faire de leur vie future quelque chose de plus compliqué et douloureux que tout ce qu'ils ont déjà connu.

 

Ce n'est pas une surprise : l'élection du premier Afro-américain à la présidence a très fortement ravivé les sentiments de haine et de racisme dont tout le monde pensait pourtant qu'ils appartenaient au passé. Hélas, la vérité est implacable : pour un certain nombre d'Américains, la simple pensée que la Maison "Blanche" va être occupée par un "Noir" est tout bonnement intolérable.

 

 

 

 

  On vend et on porte - sans honte- ce genre de badges !

 

 

C'est la raison pour laquelle, depuis le 4 novembre, ces Américains s'efforcent de manifester leur colère et leur fureur dans toute une série de "hate crimes" ("délits motivés par la haine"), dont la plupart ont lieu dans les Etats du "Sud profond".

 

Avant-hier, une conférence de presse a été organisée à Washington par plusieurs associations de défense des droits civiques qui ont à cette occasion tiré la sonnette d'alarme. Par exemple, l'une de ces  associations, le Southern Poverty Law Center, a dénoncé des centaines d'incidents allant de l'intimidation à l'agression, tous motivés apparemment par la haine raciale.

 

Le Ku Klux Klan peut remercier Monsieur Obama, car ce dernier va probablement l'aider à recruter des nouveaux membres et à connaître un regain de popularité dans les mois à venir. Et donc, ceux qui croyaient que les racistes étaient devenus une "espèce en voie d'extinction" aux Etats--Unis, se trompaient lourdement.

Les groupes qui prônent la supériorité de la race blanche, tels que le Ku Klux Klan, ou le Conseil des Citoyens Conservateurs, enregistrent actuellement un regain dintérêt, et une vague de nouvelles adhésions depuis l'élection historique de Obama le 4 novembre.    

 

 

 

 

Mark Potok, président du centre mentionné  plus haut, a déclaré lundi :

"Depuis trois ou quatre semaines, en fait depuis la fin de la campagne, on a vu une recrudescence spectaculaire de ces crimes de haine . Ce sont en fait des incidents qui sont provoqués par des réactions totalement primaires. Beaucoup de Blancs en Amérique écument de colère suite à cette élection."

 

 

Le cas le plus grave est celui de Jeffrey Conroy, 17 ans, condamé par un jury fédéral pour meurtre motivé par la haine la semaine dernière. Il a tué Marcelo Lucero, d'origine équatorienne à Long Island, dans l'Etat de New York.

Six autres adolescents sont eux aussi passibles d'être condamnés dans cette affaire, même si les charges qui pèsent contre eux sont moins lourdes. En fait, ce sont sept jeunes qui avaient décidé de s'en prendre à des Hispaniques.

 

Il y a de multiples autres exemples : dans le New Jersey, une famille, qui avait soutenu Obama, a trouvé une croix en bois carbonisée sur sa pelouse, quelques jours après l'élection;

Le fait de brûler des croix était une spécialité du Ku Klux Klan par le passé, qui l'utilisait comme méthode pour terroriser les Noirs.

 

 

 

 

Suspendre des cordes destinées à pendre des gens, pendre l'effigie de Obama, brûler des croix, faire des graffitis racistes, menacer les gens de mort : voici le genre d'incidents qui se multiplient à travers tous les Etats-Unis. On en compte jusqu'à présent plus de 200, selon les autorités et les associations.

 

Le soir de l'élection, deux adolescents ont tabassé un homme noir à Staten Island, et lui ont lancé des insultes racistes, le traitant notamment de "Obama" (c'est apparemment la nouvelle insulte raciste à la mode !).


Ce qui est terrible également, c'est que cette vague de tensions raciales exacerbées, atteint désormais les écoles. On se jette de plus en plus d'insultes raciales à la figure ces derniers temps, et ce phénomène inquiète beaucoup les associations.

 

Mark Potok a déclaré avant-hier :

"On a vu des tas de choses, allant de croix brûlées dans les jardins de couples mixtes, à la pendaison d'effigies de Obama, en passant par de nombreuses bagarres dans les cours d'écoles." 

 

 

Un leader de ceux qui croient en la supériorité de la race blanche,  Richard Barrett, chef du Mouvement Nationaliste dans le Mississipi, qui se décrit lui-même pourtant comme modéré, fait cette constatation inquiétante :

"Il y a actuellement un terrible retour de bâton après l'élection de Obama."

 

 

 

Alors, est-ce qu'on va toujours nous dire que toute l'Amérique célèbre avec liesse l'accession à la présidence du premier Noir de l'Histoire ?

Et quand Obama nous parle "du chemin parcouru par cette nation", il ne peut pas être naïf au point de penser que grâce à lui, les divisions entre les races et la haine raciale sont des choses qui appartiennent au passé ! 

 

 

 

Contrairement à ce qu'a dit Obama, non seulement l'Amérique ne s'est pas rassemblée, mais c'est une nation qui n'a jamais été aussi divisée. Et avec la crise économique qui s'aggrave, les choses ne vont certainement pas s'arranger : dans des périodes ausssi difficiles, les gens ont toujours eu besoin de se trouver des boucs émissaires. Et les minorités ont toujours fait des cibles idéales. 

C'est pourquoi, dans les mois qui viennent, les Noirs, les Latinos et les Asiatiques vont s'apercevoir à coup sûr que l'élection de Obama, loin d'être la réalisation d'un rêve, est en fait un véritable cauchemar...

Commenter cet article

FrenchNail 27/11/2008 16:07

La vie dans les grandes villes a dominance noire est devenue tres difficile pour les blancs pour le moment. Il est impossible de se faire servir et les incidents de discrimination des noirs contre les blancs sont nombreux. J'en ai personnellement ete la victime dimanche dernier. Les tensions sont extremes et a fleur de peau. La situation est tres tendue mais c'est le sujet absolument tabou.

Zérobama 27/11/2008 11:27

Pendant ce temps les médias français continuent à louer le melting-pot et à voir dans l'élection d'Obama le triomphe de la tolérance aux E.U. Rien ne filtre sur cette résurgence du racisme. Et pour cause... il ne faut pas tuer le rêve.