DROLE DE COUPLE !

Publié le par frenchpuma

French version  ; English version below

 

 

Il n'est pas très compliqué de deviner pourquoi Obama a choisi son ancienne rivale pour le poste de Secrétaire d'Etat (en supposant bien entendu que sa nomination soit acquise et confirmée par la suite par le Sénat), en dépit du fait que cette dernière l'a vertement critiqué sur ses opinions en matière de politique étrangère pendant la campagne des primaires.

C'est tout simplement parce que Hillary va immédiatement apporter beaucoup de plus à la fonction, et l'un de ses atouts principaux, c'est d'avoir un nom connu dans le monde entier.

 

La stature internationale de Hillary Clinton, va, n'en doutons pas un instant, contribuer à donner envie aux leaders du monde entier de s'intéresser à la politique des Etats-Unis, et surtout de coopérer avec ces derniers. C'est ce qu'affirment actuellement des diplomates américains.

Qu'il s'agisse de se rendre dans des capitales étrangères déchirées par une guerre, de convaincre les Arabes et les Palestiniens que ses mots ont un sens, ou encore de présider des conférences internationales, son statut de star sera un véritable atout, comme en ont fait l'expérience les deux dernières personnes à occuper ce poste : Condoleezza Rice et Colin Powell.

 

Même ceux qui critiquent l'ancienne première dame reconnaissent que sa ténacité et son souci du moindre détail pourrait faire d'elle un diplomate en chef très efficace. Mais attention ! Le nouveau président ferait bien de se méfier, car Hillary pourrait bien finir par lui faire de l'ombre.

 

 

Donc, si sa nomination est confirmée, Hillary Clinton va accompagner Obama en Europe, pour une grande tournée qui pourrait être l'occasion de participer à trois sommets, au printemps prochain. Gordon Brown, veut être le premier à recevoir Obama pour le sommet économique du G20 en Angleterre. Puis ce sommet sera suivi immédiatement d'un autre, celui de l'Union Européenne à Prague ;  puis encore d'un autre, le  sommet de l'OTAN à Strasbourg en avril. 

 

 

 

Les amis de Obama sont tout à fait conscients, surtout après ce qui s'est passé cette semaine, et la folie médiatique qui a existé autour de la possible nomination de Hillary : ce sera tout le temps comme ça. Hillary draine avec elle l'attention du monde entier. Un expert en politique étrangère prédit que "Hillary va être en quelque sorte la belle-mère dont on n'arrive pas à se débarrasser." 

 

Et certains supporters de Hillary vont même plus loin : en fait, elle aurait tout à gagner à assumer le poste, car si elle rencontrait un succcès, et que pendant ce temps-là Obama s'empêtrait dans une politique économique désastreuse, sait-on jamais ? 

 

En tout cas, Hillary se comporte déjà en star puisque elle a insisté sur l'idée selon laquelle elle tenait à avoir sa propre équipe, qu'elle nommera elle-même à l'intérieur du ministère des Affaires étrangères. 

 

 

 

 

 

En fait, Hillary est plutôt à droite de Obama en matière de politique étrangère. Ils pourraient bien sûr ainsi incarner le bon et le méchant, mais en même temps, il ne faudrait pas revivre les divisions qui ont existé sous Bush entre l'administration et le Département d'Etat. 

 

 

 

Obama a toujours laissé entendre qu'il voulait pleinement s'impliquer dans ces questions extérieures, et être assisté de son expert : Joe Biden le vice président qui a l'expérience de la politique étrangère.

 

"Si on lui donne vraiment la possibilité de travailler, et qu'elle n'est pas placée là simplement pour être neutralisée, alros ils pourraient former une bonne équipe", déclare Lawrence Wilkerson, chef de cabinet de l'ancien secréteire d'Etat Colin Powell. "Elle a tout ce qu'il faut pour bien y arriver."

 

 

 

Hillary a acquis la réputation d'être un "faucon" sur ces sujets au Sénat depuis huit ans.

Elle a voté en faveur de la guerre en Irak, puis elle a pris ses distances et a accusé Bush d'avoir trompé le Congrès en faisant croire qu'il y avait des armes de destruction massive dans ce pays.

Puis elle s'est prononcée en faveur de sanctions économiques contre l'Iran ; et contrairement à Obama l'année dernière, elle a voté pour une initative de Bush qui visait à faire figurer au rang de terroriste l'armée iranienne appelée Les "Revolutionary Guard Corps". Et elle a menacé l'Iran si ce dernier s'en prenait à Israël.  

 

 

 Hillary Clinton hier à Harrisburg

 

 

Hillary Clinton fait d'ailleurs partie des plus grands défenseurs de Israël au Congrès, et cela cause certaines inquiétudes aux diplomates arabes, qui ont toujours espéré qu'une administration Obama leur serait plus favorable que la sortante.

Un diplomate arabe qui travaille sur la question palestinienne assure que Hillary "n'est pas très populaire dans le monde arabe, mais tout le monde reconnait ses qualités." 

 

 

Hillary Clinton a toujours été d'accord avec Obama sur la nécessité d'en finir avec les politiques unilatérales qui ont caractérisé l'administration Bush, tout en reconstruisant les alliances avec les autres pays. Elle a aussi fait part de la nécessité qu'il y a  pour les Etats-Unis à travailler de très près avec les Nations Unies et à donner du pouvoir à des instances tel que le Tribunal pénal international.

 

Face à la puissance sans cesse grandissante de la Chine et de la Russie, Hillary Clinton rappelle qu'il est nécessaire d'intégrer Moscou et Pékin dans des institutions politiques internationales et économiques. 

 

 

 

 

 

 

 

En fait, ces deux-là forment un drôle de couple, et ce n'est vraiment pas sûr qu'ils soient parfaitement assortis;

D'abord, il faudrait voir comment va s'intégrer Hillary la star, au sein du département d'Etat qui manque de moyens financiers : il est clair que Obama tiendra à prendre des décisions avec son vice-président, Joe Biden,  dont les affaires étrangères sont la spécialité. De quelle liberté Hillary jouira-t-elle ?

 

Ensuite, qu'en sera-t-il de Bill ?

C'est la première fois qu'une Secrétaire d'Etat a pour époux un ancien président. Le rôle de ce dernier, avec ses amis sur la planète entière, et ses réseaux financiers, pourrait s'avérer un problème délicat à gérer. 

 

 

Et enfin, on ne doit pas oublier que Hillary et son futur patron, Obama, se sont durement querellés pendant les primaires sur la question de la sécurité nationale.

 

Hillary avait très vivement attaqué Obama sur sa volonté de rencontrer des leaders de pays voyous sans condition, elle l'avait traité de naïf. Obama quant à lui avait tourné en dérision sa connaissance des affaires étrangères, en disant qu'elle n'avait que l'expérience d'une première dame, qui prend le thé avec les dirigeants et  leurs épouses !

En tout cas, maintenant, c'est sûr : c'est Obama qui va avoir  le dernier mot. Hillary va bien devoir obéir aux ordres qu'il lui donnera, et parler avec ces leaders-là, même si elle n'en avait vraiment pas envie...   

 

 

 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

kate 23/11/2008 21:10

Je me suis mal exprimée je crois , mais je parlais essentiellement d'Hilary French Nail .

FrenchNail 23/11/2008 19:20

Attention Kate. Un president peut en cacher un autre. Obama s'entoure de toute une equipe de politicards qui attendent de revenir au pouvoir depuis 8 ans. Aucun sang neuf. Pas de nouvelles solutions. L'equipe Clinton a ete formee avant la globalisation. Les solutions economiques proposees sont usees et obsoletes. Obama ne voit les choses que du point de vue de sa place dans l'Histoire. Il a peur de l'echec plus que de tout, dont il ne prendra aucun risque. Ca ne vous rappelle pas quelqu'un? (Bush). Hillary se positionne pour 2012. Elle sait qu'Obama n'arrivera pas a tirer les USA du marasme economique dans lequel ils sont et elle veut se detacher de la politique interieure pour ne pas en etre souillee.

kate 23/11/2008 13:47

Finalement ce serait bien qu'Hilary travaille avec Obama , je pense meme que cela rassure les Républicains .Hilary a de l'expérience , est pro-Israel , et si il y avait des dérapages coté Obama ,elle saura ce qu'il faut faire ,car l'expérience d'Obama =0 ! il le sait bien et c'est pour cela qu'il s'entoure des personnes que l'on connait déjà!

frenchpuma 24/11/2008 01:03



Oui, Kate, vous avez raison : Obama sait bien pourquoi il va chercher Hillary, et les anciens de l'administration Clinton. LUi même ne connait rien à rien et il est entouré de guignols. Il faut
donc bien trouver des gens compétents pour faire "marcher la machine".


Et puis, c'est vrai, c'est rassurant de savoir que Bill et Hillary veilleront encore sur l'Amérique...