LE GEANT ASSOUPI

Publié le par French Nail


French version ; English version below



Non, je ne suis pas contente, non je ne suis pas heureuse, non je ne danse pas dans la rue. Historique ou pas, la victoire électorale d’Obama est, purement et simplement, une victoire souillée de honte. Non seulement la honte d’une fraude électorale à grande échelle, que ce soit au niveau des inscriptions sur les listes électorales ou pendant les scrutins des primaires et des caucuses ou de l’élection générale.

 

Mais aussi et surtout, la honte de la réalité éclatante, illimitée et encouragée d’un sexisme à outrance.

 

Obama et le parti Démocrate ont fait campagne sur le dos de deux femmes exceptionnelles.


Sarah Palin hier à Miami, en Floride. Elle participait à la Conférence de l'Association des Gouverneurs Républicains. Elle a exhorté son Parti à reconstruire après la défaite.




Hillary Clinton à Albany, dans l'Etat de New York aujourd'hui.
 


Ils les ont amoindries, ridiculisées, diminuées, embarrassées. Ils ont menti à leur propos, s’en sont pris à la réputation de leurs époux, ont traîné leurs familles et enfants dans la boue. Ils les ont traitées de tous les noms, tous aussi pires les uns que les autres. Ils les ont mis plus bas que terre, se sont acharnés sur elles quand elles étaient pratiquement moribondes et sont de nouveau revenus à la charge alors qu’elles avaient déjà jeté l’éponge.

 

Dès l’annonce de leur entrée en course, leurs adversaires hommes outrés par leur simple présence dans un domaine qu’ils avaient toujours assumé être un terrain de jeu exclusif à leur pratique, n’ont eu de cesse que de demander qu’elles en sortent.

 

Tout au long des primaires, et même les soirs où le Sénateur Hillary Clinton remportait des victoires écrasantes, les grands médias et les représentants du parti Démocrate demandaient qu’elle s’efface.

 

Toi la gonzesse dégage! Les meufs ne sont pas admises à ce niveau !

 

Furieux qu’une femme ait osé se mettre sur le chemin de leur protégé, le parti Démocrate a laissé l’une des leurs être lynchée sur la place publique et mise au pilori.

 

Ca lui apprendra !

 

Ils ont même encouragé la chose.  Jamais, ne se sont-ils opposés au sexisme déployé sans vergogne par les journalistes. Ils n’ont jamais tiqué sur les remarques du style « quand je pense à Hillary, je croise les jambes », même quand celles-ci étaient balancées à l’antenne pendant les heures de grande audience par des soi disant grands noms du journalisme ou du parti. Et, ils n’ont jamais dit un mot sur les faux calculs rabâchés en matière de délégués mais favorisant Obama. A peine, pouvaient-ils dissimuler leur jouissance quand ils avaient finalement coincé Hillary pour un instant.

 

 

 

Et puis est venue la Gouverneur Sarah Palin, celle à qui ils ne s’attendaient pas.

 

Et, de nouveau la folie leur est montée à la tête et les babines ont été retroussées, toutes incisives sorties prêtes à mordre.

 

En moins d’une semaine, une des campagnes de diffamation les plus ignobles de notre histoire moderne déferlait sur les ondes.

 

Ils s’en sont pris à elle sous tous les fronts possible de sa vie privée, n’accordant jamais au grand jamais une seule once de respect à l’irréprochable et brillante carrière politique qu’est la sienne. Jamais, ils ne lui ont donné le respect de son titre de Gouverneur, alors que gorges chaudes ont été faites de toutes parts sur le tournage du film pornographique dont une femme l’incarnant est la vedette.

 

Et de nombreuses femmes ont été de la fête. Elles auront à en rendre compte. Quelle honte.

 

Mais pour toutes les autres qui ont exprimé leur désaccord, ou qui ont eu à se taire n’en pensant pas moins, mais rongeant leur frein en attente de jours prochains où sonnera la revanche, je vous ai entendu, je vous ai reconnu et nous marchons de concert.

 

Le parti Démocrate et tous les misogynes qui ont été de la partie, ont indéniablement gagné cette bataille, mais ils n’ont pas gagné la guerre. Loin de là.

 

Partout aux États-Unis, qu’ils soient grand-mères ou grand-pères, mères ou pères, tantes ou oncles, sœurs ou frères, filles ou fils, nombres d’américains ont été choqués et se sont rendus compte qu’être féministe restait encore une plaie.

 

Ne vous y trompez pas. Ca ne leur a pas plu. Parce que dans la guerre des sexes, on finit toujours par coucher avec l’ennemi. Et la paix des ménages et des familles est beaucoup plus attrayante.

 

Qui a jamais eu à souffrir le courroux d’une femme blessée a de quoi s’en souvenir. Imaginer que la résurgence d’une telle haine n’aurait pas de lendemains coûteux est mal connaître les féministes. Apres tout, ce n’est pas à eux qu’il faut faire toute une tartine des mouvements d’organisation communautaire. Bien longtemps avant que tous ces misogynes ne soient en âge de se raser, ils appelaient ça du militantisme.

 

En garde messieurs de l’apparatchik, vous avez réveillé un géant assoupi mais combatif et qui, ne vous y trompez pas, fera tout pour que cette petite fille puisse, quand elle passera des rêves d’enfant aux ambitions d’adulte, être présidente et non pas s’imaginer en tant que telle.






(Madame Palin, Madame Palin est-ce que vous allez être la prochaine vice présidente des États-Unis ?
Pour sûr !)

 

Pour SUR!!!

 

(dédié à Mathilde 7 ans)   


ARTICLE REDIGE PAR : FRENCH NAIL


Commenter cet article

kate 15/11/2008 09:49

Bravo French Nail pour cet article ! j'espère bien que les femmes vont compter bien plus que cela à l'avenir !Grace aux fraudes et à l'argent Obama a battu Hilary , McCain et Sarah , mais " bien mal acquit ne profite jamais " , il va s'en rendre compte .....